Maserati Ghibli. Et maintenant, le diesel…

Si la 1ère Ghibli (le nom d'un vent du désert dans la lignée des appellations choisies dans les années 1980 pour désigner les productions de la firme au trident: Kamshin) était une GT pure et dure, le modèle d'aujourd'hui rejoint le clan des berlines de luxe.

Par Philippe Boukobza

Ces routières, qui se nomment BMW Série 5, Audi A7 ou Jaguar XF, s'appuient, toutes, sur une offre "diesel" qui constitue l'incontournable fond de commerce de leurs gammes. Maserati n'a donc pas marqué l'ombre d'une hésitation pour franchir le pas, et cette Ghibli est la toute première voiture de la marque fonctionnant au gazole, alors que Maserati fête en 2014 son centième anniversaire ! Inspirée de la nouvelle "Quattroporte" destinée aux marchés asiatiques, la Ghibli adopte des dimensions plus européennes, comme il sied aux berlines du Vieux Monde…

Les caractéristiques :

Une Maserati diesel, donc ? Certes, mais dotée d'une mécanique relativement noble. Etudié par une filiale du Groupe Fiat, VM Motori, le moteur est un V6-3 litres déjà "croisé" dans la Lancia Thema -née Chrysler 300- et dans le nouveau Jeep Grand Cherokee. Mais c'est l'ancien patron des moteurs Ferrari, Paolo Martinelli, qui s'est penché sur le problème. Ainsi, l'apport d'un turbo à géométrie variable permet de porter la puissance à 275 chevaux. C'est un peu moins que Audi et BMW (313 chevaux, grâce au secours de deux turbos), mais l'énorme couple  de 600 Nm compense largement, en apportant une très grande souplesse de fonctionnement.

Notre avis :

Dans l'habitacle, on retrouve le raffinement propre aux Maserati, la Ghibli, descendance oblige, y ajoutant une touche sportive bienvenue. La boîte automatique ZF à huit rapports et le différentiel arrière à glissement limité participent largement à un plaisir de conduite que renforce le grondement suggestif de l'échappement, lorsqu'on adopte le mode "sport". L'amortissement piloté joue parfaitement son rôle, au point que la version diesel s'avère, globalement, plus homogène que la Ghibli "essence", pourtant forte de 410 chevaux. Un comble ? Pas vraiment, tant il est vrai que la remarque vaut dans une majorité de comparatif entre essence et diesel !

Les prix :

Question tarif, il ne faut évidemment pas s'attendre à la grande braderie. Diesel, certes, mais Maserati d'abord. Toutefois, avec un prix de base qui débute à 66 500 €, nous sommes dans la bonne moyenne du segment, puisque l'Audi A7 s'affiche à plus de 69 000 €., et que la Jaguar XF est (très) nettement plus chère.

Retrouvez les dernières actualités des entreprises en découvrant ici le nouveau numéro d'Info Entreprise !