Echographie de sol

C’est grâce à elle si les voies de nos collectivités ne sont pas inondées - ou n’explose pas  lorsque les travailleurs du BTP réalisent leurs chantiers. Une dizaine d’années à peine derrière cette jeune pratique de la détection de réseaux, pourtant déjà une activité essentielle au bon déroulement de nos travaux. La consultation d’un prestataire certifié sera d’ailleurs rendue obligatoire pour certains travaux dès le début de l’année prochaine afin de prévenir et de réduire les risques d’endommagement des réseaux et les accidents.

Si vous travaillez dans le domaine de l’électricité, de l’eau, du gaz, des télécoms ou encore tout simplement dans le BTP, vous avez probablement déjà recouru aux services d’une entreprise de détection de réseaux. Une activité née il y a une dizaine d’années avec la recrudescence des incidents liés à la multiplication des réseaux enterrés et primordiale pour la sécurité des chantiers. La profession s’organise, avec la création en 2011 de la FNEDRE, la Fédération Nationale des Entreprises de Détection de Réseaux Enterrés, mais aussi avec une certification qui sera obligatoire à partir du 1er janvier 2018 pour effectuer les Investigations Complémentaires (IC) en phase de projet et chantier, ainsi que pour les relevés topographiques des réseaux neufs et les plans de récolement. C’est ce que confirme Olivier Sautel, à la tête d'IRE26, une société de détection de réseaux qui travaille de concert avec IRE01, une entreprise consœur menée par Nicolas Bugnot. IRE pour les deux sociétés d'Ingénierie - Radiodétection - Énergie, dont les dirigeants se sont lancés dans la détection de réseau respectivement en 2009 et 2011, formés et biberonnés au BTP. Travaux, topographie-implantation, projection-création de plan, autant de savoirs acquis qui leurs apportent une expérience précieuse pour la compréhension des données de détection. Car telle une échographie de sol, la détection de réseaux doit savoir être interprétée.