Embarquement immédiat aux quatre coins du monde

Un ministre en voyage d’affaire à Dubaï, une robe à envoyer à Singapour ou une équipe de football à faire atterrir à Rio… Du jet privé à l’affrètement cargo, les possibilités sont multiples en fonction des demandes des clients. Cependant, les contraintes logistiques de ces voyages sont un frein et une perte de temps considérable. C’est en ce sens qu’Air Charter Service (ACS) organise des vols sur les 5 continents en un temps record. Décryptage avec François-Xavier Camus, directeur général de la filiale d’ACS France.

 

Séminaire d’entreprise, délégation ministérielle ou encore voyage touristique… Il ne suffit que de quelques heures pour déclencher un aller – retour sur Nice, Genève ou Casablanca en jet privé ou pour envoyer une paire de chaussures de luxe à Hong-Kong. C’est exactement les missions que réalisent chaque jour les experts en affrètement aérien de la société Air Charter Service (ACS). L’entreprise se charge d’organiser des vols sur-mesure pour ses clients, de la demande initiale jusqu’à l’atterrissage.

Le voyage débute en 1990 en Grande-Bretagne quand Chris Leach fonde la société ACS. Cet ancien pilote de la Royal Air Force a étudié le marché de l’affrètement et y décèle une opportunité de business : le service sur-mesure. Vingt-six ans plus tard, l’idée est devenue réalité puisqu’ACS est à ce jour leader mondial de l’affrètement aérien (jets privés, hélicoptères, avions de ligne ou cargo pour le fret) reconnu dans la profession avec un chiffre d’affaires qui s’élevait à 460 millions d’euros, en 2015. Bien plus qu’un service, la société est devenue un partenaire pour grand nombre d’entreprises, d’agences de voyages, d’institutionnels ou encore de sportifs…

Une croissance à triple moteur

Dans ce but, la multinationale familiale et indépendante déploie ses activités sur 5 continents grâce à ses 20 bureaux et emploie quelques 350 salariés dans le monde. C’est d’ailleurs en 2009 que la filiale française voit le jour. « Chris Leach avait remarqué que l’aéroport de Paris-Le Bourget (aéroport d’affaires) était un point de chute stratégique afin de développer les différentes branches de l’activité en France. Il existait de réelles possibilités. » Quand la société ACS débarque dans l’Hexagone, au cœur du marché de l’affrètement aérien cargo en 2009, il n’existait que deux acteurs. Les portes étaient donc grandes ouvertes, mais les effets de la crise financière de 2008 se ressentaient toujours. « Nous avons fait face à des entreprises qui réduisaient leurs budgets. Nous avons dû redoubler d’efforts pour se faire une place, c’était un réel challenge. » ACS France a voulu relever le pari de s’installer parmi les trois premiers  bureaux du groupe. A l’heure actuelle, c’est chose faite. Sept ans après sa création, ACS France est devenue la première filiale européenne d’ACS (hors siège à Londres) et un acteur incontournable sur le marché français de l’affrètement aérien. En 2015, le bureau parisien a enregistré une croissance exponentielle avec un chiffre d’affaires de 31,4 millions d’euros, en augmentation de 55% par rapport à 2014 et prévoit de recruter 10 personnes, d’ici 2020. Des chiffres qui récompensent François-Xavier Camus et ses équipes, qui ne sont jamais à court d’idées pour innover.

Sportifs, ministres, touristes… ils partagent le tarmac

Grâce à ses innovations et ses offres variées ACS France a su gagner des parts de marché en développant plusieurs services. « L’affrètement commercial est l’une de nos activités et nous proposons dans ce cadre un panel d’options et toutes sont personnalisables. La prestation va de la prise en charge à l’aéroport à la récupération des bagages une fois à destination. » Cette offre a rapidement séduit un public varié, que ce soit les entreprises artistiques, les gouvernements, ou encore les agences de voyages et les RH pour organiser des vols aux couleurs de leur entreprise ou de leurs événements. Les manifestations sportives sont aussi l’occasion pour ACS de coordonner de multiples séries de vols. Pour des rencontres aussi capitales que le Tournoi des 6 Nations de rugby ou l’Euro 2016 de football, les besoins sont énormes et le spécialiste a prouvé une nouvelle fois qu’il possédait toutes les ressources et l’expérience nécessaires pour assurer un planning chargé et un service personnalisé. Pas moins de 10 000 supporters étaient annoncés avant le match des Six Nations Irlande – France et c'est ACS qui a géré toute l’organisation de près de 60 vols au départ de 10 villes françaises pour l’occasion. « Le service personnalisé est un marché de niche où nous sommes désormais très bien positionnés. Nous avons décelé que le sur-mesure était la solution pour satisfaire l'intégralité des demandes. Pour cela, le client échange avec un interlocuteur unique qui s'imprègne des codes de l'entreprise ou de l'équipe et propose des prestations concomitantes. »

L’aviation d’affaires est quant à elle une activité qu’ACS a grandement développée. «Aujourd’hui, nous avons accès à une flotte parmi les plus variées au monde, composée de 50 000 avions et près de 130 modèles différents. L’objectif premier est de trouver l’appareil qui conviendra le mieux à la personne transportée en fonction de ses envies et de ses contraintes. » Pour cela, ACS attribue à chaque nouveau client un(e) consultant(e) dédié(e), disponible 24h/24, 365 jours/an. Interlocuteur(trice) unique, il (elle) assure une réponse sans délais aux demandes d’affrètement d’avions d’affaires VIP, de jets privés et peut également organiser un accès immédiat sans file d’attente à l’aéroport. Affréter pour leurs déplacements professionnels permet aux clients d’accéder à un service à la carte, autant en termes de personnalisation que de contraintes horaires ou géographiques qu’un planning d’entreprise peut imposer. « Nous mettons à disposition un service où le client gagne du temps et ne se soucie plus de la logistique de ses voyages. » Enfin, l’affrètement cargo vient compléter l'éventail d'activités.

Chaque prestation est l’occasion pour ACS de mettre en avant son savoir-faire tant technique qu’opérationnel au cœur de ses trois activités. Et les chiffres le prouvent. « L’aviation d’affaires représente à ce jour 30% de notre chiffre d’affaires ; il faut noter une forte progression pour ce secteur (+66%). L’affrètement commercial a un poids considérable (45%) et enfin le fret aérien, lui, s’élève à 25%. En diversifiant nos services  et en gardant une équipe dédiée à chaque nature de l’affrètement – cargo, commerciale et aviation d’affaire – nous sommes devenus polyvalents afin de proposer des services complets à nos clients. »

Outre son expertise, l’entreprise met à profit, atout non négligeable, son implantation sur les 5 continents. En effet, alors que les règlementations divergentes entre chaque pays pourraient être un handicap, les experts d’ACS profitent d’un réseau mondial solide qui leur permet d’être à jour et d’appliquer les règles en vigueur. « Nos bureaux à l’étranger nous offrent une vue à 360° sur l’ensemble des obligations (fiscales, réglementaires, assurances…) qui entourent notre métier. »

La digitalisation prend son envol

Le marché de l’affrètement aérien est évidemment impacté par la révolution digitale qui frappe notre société. Dans ce contexte, en 2015, le groupe ACS a investi près de 14 millions d’euros, répartis sur 5 ans, et destinés au développement de technologies de réservation et de présence en ligne. La filiale française s’inscrit déjà dans ce processus de digitalisation qui promet une révolution connectée d’ici quelques mois. « Qu’ils s’agisse de pages d’estimation de prix immédiat, d’applications de guide des avions ou d’optimisation de nos sites internet, nous avons développé toute une série d’outils afin d’être le plus réactif possible et d’apporter une réponse à nos clients dans les plus brefs délais. C’est un avantage considérable car nous pouvons consulter rapidement les horaires de vols, les conditions d’acheminements de colis… Les possibilités d’actions se multiplient. »

La révolution digitale n’est qu’une escale et le voyage continu pour ACS France qui vient de développer une nouvelle gamme de service très demandée, l’OBC (On-Board Courier). Ce service de bagage accompagné a débuté au bureau d’ACS Allemagne avant d’être développé à l’Asie depuis le bureau de Hong-Kong. « Face à la demande du marché en constante augmentation, OBC est rapidement devenu un gros département que nous avons décidé d’étendre dans un premier temps à Hong Kong, puis nous avons jugé important de prendre le relais en France. C’est un type d’envoi réputé dans tous les secteurs d’activité. Documents confidentiels, colis d’entreprise et autre petit fret sont régulièrement pris en charge par nos coursiers partout dans le monde. Par exemple, pendant la Fashion Week, il n’est pas étonnant de faire venir une robe de créateur des quatre coins du monde pour assurer le défilé de mode d’un grand nom de la haute couture. OBC assure une livraison en main propre, de porte à porte, en toute confidentialité et dans les plus brefs délais. »

Au sein d’un univers encore peu codifié, ACS France a fait ses lettres de noblesses parmi les  leaders de la profession, et a su s’imposer au cœur d’un marché concurrencé. Pour ce faire, les idées novatrices ne manquent pas à l’appel afin de satisfaire les demandes les plus farfelues des clients. L’affrètement aérien « Haute-Couture » est-il alors le moyen de transport de demain ?

 

Chiffres clés : ACS  France

  • 5 : continents où est présent ACS
  • 31,4 millions € : chiffre d’affaires 2015 ACS France
  • 350 : salariés employés dans les 20 bureaux dans le monde
  • 11 100 : missions organisées par an
  • 250 000 : passagers à bord chaque année
  • 40 000 : tonnes de marchandises transportées par an

 

Bio Express : François-Xavier Camus

  • 1978 : naissance à Dijon
  • 2002 : diplômé de l’ESC Rennes
  • 2004 : intègre la société Air Partner en tant que courtier
  • Janvier 2010 : rejoint le groupe ACS en tant que directeur de l’aviation commerciale
  • Depuis Novembre 2016 : directeur général d’ACS France

 

 

Et pour découvrir les dernières actualités des entreprises, achetez ici le nouveau numéro d'Info Entreprise