L’innovation, une richesse extérieure

Que ce soit pour challenger son business model, trouver de nouvelles idées ou revoir ses méthodes de travail, une grande entreprise se doit de détecter les idées innovantes à peine émergent-elles. Mais aujourd’hui, injecter des millions d’euros dans un service R&D n’est plus suffisant. Car l’innovation est ailleurs, à l’extérieur. Nous en avons discuté avec Richard Biquillon, Mathieu Lafaye et Samuel Nakache, les trois cofondateurs de Yoomap.

Pour rester à la pointe et perdurer, pas d’autre option qu’innover. Les grandes entreprises ne le savent que trop bien, et sont prêtes aujourd’hui à s’ouvrir à des partenaires innovants qui réfléchissent déjà aux nouvelles méthodes de travail, aux nouvelles technologies, aux améliorations à apporter aux business model existants. Un coup d’avance dont elles auraient tort de se priver en ne considérant pas ces partenaires potentiels. Ils sont des milliers, tout disposés à collaborer avec elles. Ne reste qu’à faire la jonction et organiser cette Open Innovation. C’est la mission que s’est impartie Yoomap. « Notre métier : aider les entreprises à innover de manière moderne, c’est-à-dire ouverte et collaborative », expliquent les trois hommes à l’origine de Yoomap : Richard Biquillon, Mathieu Lafaye et Samuel Nakache. « Il y a une quinzaine d’année, les entreprises innovaient essentiellement à travers leur service R&D. L’émergence du digital et des nouvelles technologies a ouvert le champ des possibles, permettant de travailler plus facilement avec l’ensemble des collaborateurs, internes comme externes. » Une aubaine dont s’est saisi Yoomap, qui propose aux entreprises des plateformes collaboratives pour les encourager à casser les silos et à s’engager dans une démarche d’innovation décentrée. Un choc culturel certain. « Historiquement, les entreprises sont organisées de manière très verticale. Alors quand on leur dit qu’il leur faut travailler en réseau si elles veulent innover plus vite, parce qu’elles n’ont pas toutes les compétences en interne, cela remet en question beaucoup de choses. » Tout cela est arrivé très soudainement, porté par les nouvelles technologies et le digital. Nombre d’entreprises tentent de résister au vent du changement en créant de nouveaux départements, mais la réalité, c’est qu’il existe une multitude de structures à l’extérieur qui le font déjà très bien et, du fait de leur petite taille et de leur agilité, plus vite. Si les grandes entreprises ne parviennent pas à se logger avec ces viviers novateurs de leur écosystème, elles ne pourront pas innover.

 

Développer l’intelligence collective

Le fait de pouvoir accéder à l’information partout dans le monde en une seconde et que l’on évolue dans un environnement totalement ouvert a fait sauter les barrières à l’entrée, entraînant une multiplication des acteurs dans toutes les industries. Un premier changement qui explique la forte intensification du climat compétitif et concurrentiel déjà existant. Mais ce n’est pas le seul. Data, blockchain, realité augmentée : toutes ces nouvelles technologies, plus ou moins abouties, sont en train d’impacter tous les secteurs d’activité. Comprendre comment le monde est en train de changer et faire évoluer ses modèles d’affaires et ses solutions en conséquence est devenu un enjeu prioritaire pour rester en lice. Et les trois hommes de citer quelques exemples qui ont marqué les esprits : « La presse papier, Kodak quand on est passé au digital… Forcément, l’urgence à innover n’est pas la même dans tous les secteurs industriels, bien que le besoin soit général. Certains domaines sont ainsi plus touchés que d’autres, notamment ceux qui sont sur des cycles plus courts et impactés par la donnée. Actuellement, les plus actives sont les banques et les assurances. Ce n’était pas un sujet pour elles il y a huit ans c’est finalement devenu une préoccupation majeure. Elles sont passées d’une simple curiosité à une prise de conscience forte. » Yoomap a pour principaux interlocuteurs les directions innovation de grands groupes. Leur mandat : réussir à dynamiser l’innovation au sein de l’entreprise. Leur quête : des conseils, de l’accompagnement, de nouvelles méthodes et des outils pour amorcer cette transformation de l’entreprise, sa manière de travailler, de collaborer, d’innover, et acculturer les salariés pour leur apprendre à travailler de manière plus ouverte sur les sujets d’innovation. Il ne s’agit plus de travailler à 10 dans une salle de réunion mais à 200, 1000, voire plus. Les solutions logicielles proposées par Yoomap ont vocation à développer l’intelligence collective en entreprise. « La première est un peu la boîte à idées que l’on trouvait à la cafétéria il y a vingt ans. Grâce aux technologies digitales, on stimule 5000 collaborateurs au sein de l’entreprise pour qu’ils proposent leurs meilleures idées autour d’un projet innovant. La seconde, complémentaire, vise quant à elle à structurer toutes les solutions innovantes qui existent à l’extérieur de l’entreprise avec pour objectif de travailler en réseau avec ces nouveaux partenaires stratégiques, les meilleures start up du monde dans son domaine d’intérêt, et pourquoi pas aller jusqu’à investir dans leur développement, voire en faire l’acquisition. »

 

Hubs numériques d’innovation collective

Manager l’innovation, c’est, pour une grande entreprise, se donner les moyens de faire circuler l’information et mettre en place une organisation qui permette de détecter les idées innovantes de ses collaborateurs, d’identifier les meilleurs partenaires à l’extérieur pour ensemble réinventer son métier et ses solutions. À la croisée des chemins, entre l’outil classique de gestion de projet et le réseau social, les plateformes de management de l’innovation développées par Yoomap contribuent à créer des espaces organisés et structurés qui rendent possible, sur les sujets phares d’innovation, de partager des initiatives, faire connaître ce qui fonctionne ou pas, avancer les meilleures idées, dans une dynamique d’intelligence collective. « L’ambition de nos logiciels est d’être des hubs numériques facilitant l’ensemble des échanges et l’innovation sur les sujets stratégiques des entreprises. » L’Open Innovation est un concept avec lequel les entreprises commencent à se familiariser. Si les personnels des directions innovation, stratégiques ou achat sont globalement à l’aise, il en va autrement pour les salariés, qui ne comprennent pas encore bien de quoi il s’agit. À l’image des technologies émergentes comme la blockchain ou la réalité augmentée, il en entend parler mais n’en saisit pas encore la profondeur et les enjeux. C’est vrai également pour certains dirigeants d’entreprises, qui voient bien le phénomène à l’œuvre mais ont du mal à percevoir ce que cela représente. Ainsi, le besoin d’acculturation est extrêmement fort et risque de prendre beaucoup de temps. « On entre dans une espèce de nouveau paradigme de ce que va devenir le fonctionnement de l’entreprise. La prise de conscience est là, mais ces grands programmes de transformation pour travailler autrement en 2020 qu’en 1980 n’en sont qu’aux prémices. Cela marque aussi une révolution dans la relation des entreprises avec leurs fournisseurs, qui deviennent des partenaires et avec lesquels elles vont devoir apprendre à grandir ensemble. Or en France, la relation donneur d’ordre-prestataires est encore forte… »

Chiffres clés

Plus de 60 clients en 2017

Plus de 80 plateformes

1 610 514 euros de chiffre d’affaires

30 collaborateurs

100% de renouvellements clients en 2018

 

 

Témoignages clients

Nous avons lancé notre démarche d’open innovation presque conjointement avec l’adoption du SURM de Yoomap dont nous avons été le premier client. Notre rencontre relève de la sérendipité mais nous ne regrettons pas notre choix. L’agilité et la flexibilité de Yoomap nous ont permis de faire évoluer l’outil au même rythme que notre démarche. Cette dernière est désormais une approche groupe Total et s’étend à l’international. 

Jean-Charles Guillet - Responsable Open Innovation - Total Marketing Services

 

La direction Innovation Collaborative a fait le choix de partager la connaissance des partenaires d’innovation avec l’ensemble des collaborateurs Safran. À la recherche d’un outil pour y parvenir, le choix de Yoomap s’est imposé naturellement. Non seulement la réponse technique à notre besoin était parfaitement cohérente mais, très rapidement, une relation de confiance entre les deux équipes s’est construite. Elle nous permet d’avancer et de co-innover ensemble dans la gestion des écosystèmes d’innovation et de croissance.

Laurent Deleville - Directeur Open Innovation - Safran Innovation

 

 Yoomap, c'est l'histoire d'une rencontre. En 2015, nous étions en recherche de méthodes pour embarquer les collaborateurs dans la transformation digitale et développer l'innovation participative. À l'époque, Yoomap démarrait à peine mais l'expérience du terrain des fondateurs ainsi que l'enthousiasme de leurs convictions m'ont séduite. Notre collaboration s'est avérée concluante car, depuis, Yoomap a organisé une vingtaine de Innovhathons dans le Groupe, et la plateforme SURM est utilisée pour animer nos relations avec l'écosystème d'innovation externe. Notre collaboration en trois mots : efficace, humaine, gagnante-gagnante.

Merete Buljo - Directrice Expérience Client & Transformation Digitale - Natixis EuroTitres