top of page
Rechercher

Créer les territoires immobiliers avec l'IA !

L’acquisition foncière est devenue le nerf de la guerre dans le secteur immobilier ; Dans ce contexte, Lokimo s’érige en pilier innovant du secteur, avec une offre dédiée aux professionnels en quête de maîtrise des risques fonciers. Grâce à une exploitation judicieuse de l’intelligence artificielle, elle offre une lecture éclairée des territoires et propose des solutions sur mesure, adaptées aux besoins précis des acteurs du domaine.


Informations Entreprise : Quelle est votre vision sur l’adaptation des acteurs du marché immobilier face aux défis émergents liés à la maîtrise des risques fonciers ?


Martin Noel (co-fondateur de Lokimo) : Dans le contexte actuel, les promoteurs immobiliers se voient confrontés à une pénurie de terrains disponibles, exacerbée par une concurrence acharnée. Ils sont ainsi sommés de s’extraire de leur sphère de confort habituelle, tout en surmontant les obstacles inhérents au financement et à la commercialisation de leurs initiatives. L’impératif résidant en l’acquisition rapide de terrains de haute qualité, en éludant tout délai ou surcoût susceptible d’entraver une opération.


D’autre part, les divers intervenants de la branche immobilière sont perpétuellement aux prises avec un éventail de facteurs influençant leurs arbitrages, allant de la dimension écologique aux encadrements réglementaires, en passant par les enjeux socio-économiques.


En cette période singulière que traverse le marché immobilier, ils éprouvent l’exigence de fonder leurs résolutions sur des données concrètes. Toutefois, ils se heurtent fréquemment à la complexité inhérente à la recherche, l’analyse et la gestion d’une telle masse d’informations, des étapes cruciales pour maintenir une efficacité et une compétitivité optimales dans l’exercice de leur profession.


I.E : Comment Lokimo envisage-t-il d’accompagner les professionnels de l’immobilier dans cette quête d’optimisation et de maîtrise des enjeux fonciers ?


Martin Noel : Chez Lokimo, notre ambition est d’orchestrer une optimisation des tâches de nos clients.


Comme évoqué, la promotion immobilière se heurte à la quête cruciale de foncier, une problématique exacerbée, non pas tant par la crise, mais plutôt par les contraintes croissantes sur les sites constructibles et la rivalité exacerbée entre acteurs du domaine. Cette concurrence aiguë les incite à s’aventurer hors de leur zone de confort habituelle.


Mais une autre épreuve réside également dans la nécessité de gagner la confiance des élus, notamment dans le sillage d’une vague verte aux municipales, qui suscite une réticence accrue envers les projets de construction jugés peu judicieux. Il est donc impératif d’élaborer des projets qui résonnent avec les aspirations des communes, anticipant ainsi adroitement les demandes et s’intégrant harmonieusement au tissu local.


Cette synergie influencera par la suite leur aptitude à écouler leurs lots. Plus largement, le ralentissement de l’activité commandite pour tous les professionnels de l’immobilier, une optimisation méticuleuse du temps dévolu à chaque tâche. Il est fondamental qu’ils parviennent à préfigurer les enjeux territoriaux, pour naviguer avec aisance dans l’exercice de leur métier.


I.E : Pouvez-vous nous en dire plus sur l’offre Lokimo ?


Martin Noel : Lokimo, cette proptech que j’ai cofondée avec une ingénieure spécialisée

en data science et intelligence artificielle, a pour vocation de concevoir des solutions avant-gardistes au service des professionnels de l’immobilier. Notre credo réside dans la capacité de la data couplée à l’intelligence artificielle à métamorphoser la gestion des risques fonciers et la prise de décisions stratégiques au sein du secteur immobilier.


Notre singularité repose sur la richesse de notre plateforme. En effet, elle agrège plus de 130 sources de données, certaines actualisées en quasi-temps réel. L’analyse que nous en faisons est rigoureuse, fournissant des indicateurs précieux sur les tendances évolutives futures ou encore sur l’indice de gentrification.


Un autre axe de différenciation réside dans la personnalisation élevée que nous proposons,

permettant à nos utilisateurs de modeler la plateforme selon leurs besoins spécifiques. Ils peuvent ainsi exporter des rapports en adéquation avec leur charte graphique et travailler avec leurs propres données.


I.E : Comment l’intelligence artificielle aide-t-elle les professionnels de l’immobilier à

anticiper les mutations territoriales et à prendre des décisions éclairées ?


Martin Noel : Chez Lokimo, nous avons toujours mis un point d’honneur à éviter l’usage

frivole de termes à la mode, tels que l’Intelligence Artificielle, sans l’appui d’une application concrète résolvant un réel enjeu.



Notre démarche a toujours été ancrée dans l’identification préalable des problématiques

inhérentes au secteur immobilier, avant de chercher la méthode la plus adéquate pour y remédier. Souvent, l’intelligence artificielle s’est révélée être l’outil idoine.


Nous n’employons pas une, mais une multitude de facettes de l’intelligence artificielle,

chacune dédiée à des tâches spécifiques. Par exemple, en exploitant l’IA pour des analyses prédictives, nous scrutons des centaines de données évolutives sur un territoire donné, dans le but d’extrapoler les possibles mutations de celui-ci. Cette démarche permet d’alerter nos utilisateurs sur des changements potentiels, tels que les risques de paupérisation d’une zone, en exposant les facteurs qui sous-tendent ces prédictions – changements démographiques, évolutions des constructions, modifications des infrastructures de transport, etc.


L’IA se fait ainsi la loupe qui révèle aux acteurs du territoire les éléments positifs ou négatifs susceptibles d’influer sur l’avenir d’une zone. C’est un gain de temps considérable, notamment lorsqu’ils abordent une commune qui leur est étrangère, leur offrant une analyse de risque quasi instantanée.


Nous explorons également d’autres applications de l’IA, comme l’emploi de modèles

de langage pour analyser des documents d’urbanisme ou évaluer la perception des quartiers via l’analyse sémantique. Nous avons, par ailleurs, conçu un indice de gentrification, aidant à évaluer le potentiel de gentrification d’une zone en scrutant diverses données. Toutes ces informations générées par l’intelligence artificielle sont consultables sur notre plateforme, permettant ainsi une recherche efficiente de zones en mutation selon les analyses de notre IA.


I.E : Comment la flexibilité de votre plateforme Lokimo accompagne-t-elle les divers acteurs de l’immobilier dans l’adaptation à leurs besoins spécifiques ?


Martin Noel : Nous avons œuvré à l’élaboration d’une plateforme dotée de toutes les briques technologiques nécessaires pour répondre à divers cas d’usage. Cette base solide nous permet, comme je le mentionnais, d’analyser des données pour mieux comprendre les territoires, identifier des zones d’intérêt, et bien plus encore. Nous proposons cette plateforme fondamentale à certains acteurs, tout en offrant la possibilité de l’adapter à des cas d’usage spécifiques.


Grâce à l’infrastructure technologique déjà en place, nous pouvons, avec célérité, concevoir des preuves de concept pour différentes entreprises. Celles-ci peuvent ainsi nous communiquer leurs données spécifiques dans le domaine immobilier, et souhaiter, via notre plateforme, distinguer les biens correspondant à leurs critères particuliers.


De plus, nous offrons une personnalisation des rapports exportables, permettant aux entreprises d’obtenir des documents entièrement à leur image, avec leur logo, pour leurs comités respectifs. Ce processus, conçu pour être d’une simplicité remarquable, nous permet de nous intégrer aisément dans les processus existants des entreprises, optimisant ainsi leurs démarches et leur faisant gagner un temps précieux.


I.E : Quels sont vos projets ?


Martin Noel : Aujourd’hui, notre prisme d’action se focalise exclusivement sur le secteur résidentiel, englobant toutes les facettes du logement. Cependant, nous envisageons de déployer prochainement une offre dédiée à l’immobilier de bureau, ce qui implique l’accès à un volume de données accru concernant ces actifs.


Par ailleurs, nous prévoyons le lancement d’offres spécifiques destinées aux structures de moindre envergure, telles que les conseillers en gestion de patrimoine ou encore les agents immobiliers. La raison en est simple : nos offres actuelles ne sont pas nécessairement accessibles pour ces acteurs de moindre échelle. L’objectif est donc de pallier cette lacune.


Sur le plan de la croissance, nous ambitionnons de doubler la taille de notre équipe dans l’année à venir. Jusqu’à présent, notre plateforme a su répondre aux besoins d’une palette variée d’acteurs, avec une concentration particulière sur les promoteurs, les bailleurs sociaux et les cabinets d’études (Icade, Altarea Cogedim, CBRE …). Toutefois, nous intensifions notre effort commercial en direction d’autres acteurs majeurs du secteur, notamment les banques, les agents immobiliers, les conseillers en gestion de patrimoine, ainsi que les investisseurs.


Comments


bottom of page