Rechercher

L'IA au service du juridique

Dernière mise à jour : 21 juin

Solution en ligne de gestion de contrats, Hyperlex a été fondée en 2017 au-travers d’une ambition pour le moins claire et assumée : transformer radicalement les processus contractuels des entreprises. Accompagnant plus de 10 000 professionnels dans 40 pays, comment cette jeune société est devenue en l’espace de quelques années un incontournable de la Legaltech ? Rencontre avec Alexandre Grux, cofondateur de la société.



Informations Entreprise : Quels ont été les effets de la pandémie sur la gestion des contrats en entreprise ?


Alexandre Grux : Dans une entreprise, les contrats sont partout. Ils concernent aussi bien les ressources humaines que les commerciaux, les achats, etc.

Avec la pandémie de Covid-19, la société entière s’est digitalisée, faisant la part belle au télétravail. Ainsi, les professionnels ont dû adapter leurs processus contractuels, historiquement très manuels et opaques, en mettant en place une organisation tournée vers le digital/numérique.


Cependant, pour plusieurs types d’organisations, le digital ne fait pas partie intégrante du quotidien, cette approche remet donc en cause bon nombre d’habitudes. Le travail à distance suppose de devoir accéder à l’information contractuelle depuis un lieu tiers, ou encore, de pouvoir continuer à signer des contrats commerciaux de chez soi ; cela induit toute une réorganisation.


Aujourd’hui, Il existe donc un nouvel écosystème, inévitable, qui pousse les entreprises à s’équiper massivement.




I.E : En quoi votre offre permet-elle de répondre à ces nouveaux besoins ?


Alexandre Grux : Hyperlex est une solution en ligne de gestion de contrats conçue pour optimiser l’ensemble des processus contractuels de l’entreprise. De la génération du contrat jusqu’au renouvellement, en passant par la validation, la signature et le stockage, nous assistons les équipes juridiques et opérationnelles sur l’ensemble du cycle contractuel. Le but est de leur permettre de maîtriser les risques, mais aussi de leur faire gagner en productivité, et de maximiser leurs opportunités de revenus.


En résumé, Hyperlex permet tout simplement de dématérialiser le processus contractuel, dans son ensemble. De cette logique, notre logiciel est totalement adapté à cette grande mutation organisationnelle.

I.E : Au-delà de cette mise au diapason, du physique au digital, la dématérialisation apporte t elle intrinsèquement des avantages palpables ?


Alexandre Grux : Le gain de temps apparaît évidemment comme le premier avantage. Sur la question de la conformité règlementaire, notre intelligence artificielle propriétaire - et donc indépendante des GAFAM, ndlr - permet d’optimiser des tâches de recherche et de saisie. Notre solution permet par exemple d’aller dix fois plus vite qu’une recherche à la main. Au niveau de la conformité interne, nous permettons à nos utilisateurs définir des règles et de les lancer automatiquement sur tous les nouveaux contrats. Nous sommes également capables de diviser par cinq le délai d’obtention d’un contrat.


Toutefois, ces avantages peuvent très vite s’évaporer si la solution n’est pas acceptée en interne. Bien que nous soyons un logiciel de gestion contractuelle, nous avons privilégié la simplicité d’usage et l’ergonomie de l’interface, afin de faire d’Hyperlex une solution moderne et simple, à portée de tous. Notre proposition s’adapte à toutes les typologies de collaborateurs, peu importe l’entreprise ; des startups innovantes comme ManoMano ou JobTeaser, aux grands groupes du secteur de la banque et de l’assurance comme Groupe Société Générale, ou des géants industriels comme TotalEnergies.


I.E : Justement, qu’en est-il de la sécurité des données ?


Alexandre Grux : Hyperlex propose un logiciel cloud utilisant l’intelligence artificielle pour analyser l’ensemble des contrats numérisés d’une entreprise et extraire leur contenu. Logiquement, la sécurité des données est fondamentale.


D’autant plus qu’aujourd’hui, l’utilisation des logiciels SaaS est de plus en plus privilégiée au sein des entreprises. Les sociétés déportent une partie de leurs systèmes d’information dans le cloud. Contribuer à améliorer la compréhension des sujets de sécurité par nos clients et partenaires est donc un enjeu essentiel pour nous.


Nous faisons partie des premiers acteurs du marché à avoir obtenu la certification internationale ISO/IEC 27001:2013 relative au management de la sécurité des informations, ainsi que son extension ISO 27701:2019, dédiée à la protection de la vie privée. Nous proposons notamment une technologie innovante de protection de la donnée, reposant sur un chiffrement très particulier.


De notre point de vue, cette démarche est primordiale pour rassurer nos clients, mais aussi pour créer de nouveaux standards. Il faut par exemple savoir qu’aux États-Unis, un éditeur de logiciel cloud a pour obligation de se certifier. Ce n’est pas le cas en Europe. Ainsi, beaucoup de sociétés mettent en avant la norme ISO/IEC 27001:2013, alors que ce sont en réalité leurs infrastructures, louées à des prestataires certifiés, qui bénéficient en réalité de la certification. Notre volonté est de créer un nouveau mouvement vertueux autour de la sécurisation des données sur le cloud.


I.E : En parlant des États-Unis, avez-vous de nouvelles prétentions à l’international ?


Alexandre Grux : Depuis notre création, nous avons réalisé deux levées de fonds, d’un montant global de 5 millions d’euros. Ceci correspondait à la première étape de notre développement. Aujourd’hui, 20% de nos utilisateurs utilisent Hyperlex en dehors de France et dans 6 langues. Nous nous devons donc d’accompagner ce mouvement.


Cette année, nous souhaitons ainsi nous développer en Allemagne et au Royaume-Uni, où nous réalisons déjà 5% de notre chiffre d’affaires. Nous profitons d’un avantage compétitif majeur en Europe, il convient donc de le démontrer. En 2023, notre focus se posera ensuite plus spécifiquement au-delà des frontières européennes.


https://hyperlex.ai/


97 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout