top of page
Rechercher

Progresser ensemble

Porté par ses deux marques, City’Zen et City’Pro, le Réseau C&S prend la forme d’un écosystème complet dédié à la formation professionnelle. Son rôle ? Fédérer les indépendants du marché afin de répondre aux enjeux d’un monde en perpétuelle évolution ! Comment aborder les grandes problématiques de notre époque en tant que PME ? Réponses avec Pascal Pierre, Président du Groupe.


Informations Entreprise : En quoi la formation est-elle devenue un levier majeur pour répondre aux enjeux de notre époque ?


Pascal Pierre : La formation est aujourd’hui perçue comme un levier d’investissement inévitable dans le but de développer les compétences des collaborateurs, et donc, la compétitivité des entreprises.

Ici, nous pouvons ainsi identifier plusieurs enjeux de productivité : adapter les compétences des salariés aux innovations technologiques, répondre au manque de main d’œuvre en formant en interne, améliorer la sécurité au travail, etc. En parallèle, la réforme de 2018 et la création du Compte Personnel de Formation offre désormais à chaque salarié la possibilité de gérer librement son projet d’évolution professionnelle. Au niveau des entreprises, ce nouveau paradigme va permettre de créer un co-investissement avec leurs collaborateurs, de mettre au diapason les projets individuels et collectifs afin de manager une évolution de bon sens, au service des deux parties.


D’un point de vue macroscopique, la formation professionnelle permet également de répondre à des enjeux plus globaux liés au dérèglement climatique ou à l’insertion sur le marché du travail. J’en veux pour preuve l’un de nos grands projets, porté par notre filiale PRO FORMATION, où nous travaillons à l’intégration et la formation de « migrants » volontaires afin de leur permettre de s’insérer professionnellement dans notre société à travers l’apprentissage de notre langue et de nouveaux métiers.


Peu importe où nous nous plaçons, notre marché est devenu, en l’espace de quelques années, l’outil indispensable pour nous permettre d’appréhender avec bon sens les grands enjeux de notre décennie, qu’ils soient technologiques, sociétaux ou économiques.


I.E : De ce postulat, pouvons-nous considérer la RSE comme la clé de voûte de ce nouvel écosystème ?


Pascal Pierre : D’une certaine manière, nous pouvons dire que tout est lié ! Les grandes problématiques que couvre la RSE se retrouvent aujourd’hui au cœur de toutes les préoccupations, qu’elles soient économiques ou organisationnelles.


Ici, Réseau C&S profite intrinsèquement d’un ADN totalement en phase avec ces nouveaux pré-requis. Notre société a été créée afin d’unir les forces des PME de formation. Nous avons réuni des Professionnels de Formation (City’Pro) et des Écoles de Conduite Citoyennes (City’Zen) afin d’optimiser leur efficacité et participer au développement des membres de notre franchise. Après avoir passé 17 années à animer puis développer des activités de formations dans les domaines de l’enseignement de la conduite, des transports, de la logistique et de la conduite d’engins, nous avons fait le choix d’élargir notre spectre. Comment ? En développant un réseau de PME spécialisées dans les domaines de la formation, à travers une politique de marque et de mise en commun de moyens.


Dans les faits, Réseau C&S est donc un un regroupement de PME, « Professionnels de Formation », locaux, proches de leurs territoires et de leurs clients, qui privilégient la réactivité et l’agilité. Cette posture, au service de nos clients et ancrée dans nos territoires, nous permet ainsi d’aborder leur problématique sur le long terme, à travers un prisme résolument responsable. Dans ce sens, nous faisons réellement de la RSE notre principal cheval de bataille. Notre Plan 2023-2030 EVOLUTION DURABLE, totalement dédié à la cause, s’articule autour d’un accompagnement basé sur une stratégie bas carbone. La RSE est véritablement au cœur de notre stratégie.


I.E : Qu’en est-il de l’aspect technologie ?


Pascal Pierre : Au moment de la création du Réseau C&S, nous avions identifié que 60% des fonds de la formation se consommaient en ligne aux Etats Unis. Dès 2008, nous avons ainsi investi dans nos propres plateformes de e-learning afin d’anticiper ce qui nous paraissait évident : permettre à chacun de bénéficier d’une formation de qualité, associant le temps de travail personnel, l’individualisation du parcours, le rapport à un formateur et un plateau technique adapté aux compétences visées


Toujours à travers cette vision à l’avantgarde des technologies, nous travaillons aujourd’hui sur le développement de l’application BE-ON-TOP.io. Son rôle ? Optimiser, accélérer et accompagner la transition des compétences.

Il s’agit ici de simplifier l’accès à la formation en créant des formations hybrides adaptées à la typologie de chaque apprenant. En se basant sur les connaissances déjà acquises, BE-ONTOP.io va permettre de réduire les temps d’apprentissage, tout en impliquant les équipes dans le suivi de l’intégration sociale. En parallèle, l’application va également permettre de produire une passerelle pour trouver un emploi après une période d’apprentissage.


I.E : Comment abordez-vous l’avenir ?


Pascal Pierre : Comme vous l’avez compris, notre volonté première est de s’inscrire dans la stratégie nationale bas carbone fixée par nos dirigeants. Notre application est d’ailleurs financée par l’État dans le cadre de l’action « Adaptation et Qualification de la main d’œuvre ».


Nous avons ainsi lancé un groupe de travail en interne afin d’identifier les compétences nécessaires à cette grande transition. Qu’en est-il en pratique ? La formation de 2000 personnes sur le domaine de l’isolation bâtiment dans le but de venir à bout des passoires énergétiques - ou encore, la sensibilisation des conducteurs aux règles de conduite éco-citoyenne. Tout ceci n’est qu’un début, mais nos ambitions sont au moins aussi grandes que les défis que nous devons affronter !


Comments


bottom of page